--


--
Restez branché
Inscrivez vous !
 + d'INFOS

Espace Professionnel numérique non officiel  des Ambulancier-es  Adhérent-es à la Fédération CGT Transports (TRS)

Contact par E-MAIL
Administratif Uniquement
Ouverture en popup
En raison des nouvelles norme et obligations des navigateurs (Firefox et Chrome), les sites anciens comme celui-ci  mais aussi comme beaucoup d'autres PLUS d'infos ICI, sont très fortement impactés depuis le début janvier 2019. Des liens ne sont plus accessible, voir des pages entières.. Nous avions un peu anticipé ce problème, mais il est arrivé plus vite que prévu.
-

Toutes les FICHES PROFESSIONNELLES sur notre métier sont donc désormais mutualisées au sein d'un espace web 100% compatible avec les PC, les smartphones et les Tablettes. Ce site se veut comme ne base de données libre à tous, sur le métiers d'Ambulancier-e du secteur privé. NOTE: Cet espace web non marqué syndicalement, à été codé et est suivi de manière collégiale avec des Ambulanciers-ers, Adhérent-es ou Sympathisant-es syndicalistes d'étiquettes différentes, mais qui sont TOUS membre de la Commission Exécutive du groupement : WEB92

Système Universel
de retraite par points :
 C’EST NON !

 CONSÉQUENCES
de l'accord cadre 2016 par la CGT transports

Créez votre SECTION SYNDICALE CGT et désignez votre RSS

Pauses et Coupures de l'accord cadre 2016
MISE au POINT

 Retour ACCUEIL

 ACCORD CADRE 2016 FORUM 1 PC uniquement FORUM 2   Smartphones

La Fédération CGT des Sociétés d'Etudes est née en décembre 1980. Pour toute la CGT, la création de cette nouvelle Fédération répondait à un réel besoin qui tenait compte du développement de nouveaux secteurs d'activités, à plus d'un titre stratégique dans le tissus économique. Nous vous proposons pour aller plus loin sur des sujets comme le numérique, l'économie, etc.. de télécharger quelques une de ces rubriques en pdf sur notre page :  RUBRIQUES SOCIÉTÉS d'ÉTUDES CGT

-La "Protection Sociale", c’est quoi ?

rr

Salarié isolé ?  ADHÉSION MODE d'EMPLOI (vidéos)

-

Ce site hébergé par le groupement www.WEB-92.fr

La protection sociale, c’est quoi ?

Il est parfois nécessaire de rappeler les fondamentaux, la genèse de nombreux droits et acquis qui, existant de longue date, sont perçus comme une normalité, comme si ça allait de soi. Oubliant par-là que, le plus souvent,
ces acquis ont été obtenus par la lutte, parfois au prix du sang de nombre de militants : c’est le cas pour la protection sociale et notre Sécurité Sociale.

La protection sociale vise à protéger les personnes des évolutions et des aléas de la vie.
Elle doit reposer sur la Sécurité Sociale avec pour principe « chacun cotise selon ses moyens et reçoit selon ses besoins ».

Son financement doit reposer uniquement sur la cotisation, avec l’élargissement de l’assiette à toutes les rémunérations. Les revenus financiers des particuliers et des entreprises doivent être soumis à
contribution.

Les cotisations sont du salaire socialisé, qu’elles soient patronales ou salariales, elles sont bien du « salaire » issu des richesses que créent les travailleurs dans les entreprises, les services, les administrations.

Elles doivent rester le principe de financement de la Sécurité Sociale. Quand gouvernement et patronat baissent les cotisations indûment nommées « CHARGES patronales », c’est en fait notre salaire qu’ils baissent (c’est 36 milliards d’euros d’exonérations de cotisations sociales et d’allègements divers par an, sans compter l’épargne salariale.

Dans le même temps, en 2018 les actionnaires
ont reçu 63 milliards d’euros de dividendes
 pour les seules entreprises du CAC 40.

La Sécurité Sociale est et doit rester le seul outil de gestion de la protection sociale qui doit avoir dans son périmètre d’intervention, vieillesse, famille, maternité, paternité, invalidité, handicap, autonomie, logement, accidents du travail, maladie professionnelle, formation professionnelle continue, prévention de la désinsertion professionnelle, lutte contre le processus d’exclusion.

Le droit à la protection sociale est un bien commun à tous les travailleurs, privés d’emplois, retraités, jeunes, chacun doit y avoir accès au même niveau, surtout pas en fonction de ses moyens à payer des complémentaires ou à prendre des assurances privées.

Mais pour y arriver, n’est-il pas indispensable, non pas de revoir le système comme le disent certains, mais de l’améliorer en allant vers une Sécurité Sociale intégrale qui serait le seul collecteur et payeur de notre protection sociale ?

N’est-ce pas le seul moyen de soustraire notre protection sociale des griffes de la finance, du privé, qui font de la protection sociale une marchandise à haute valeur ajoutée que seuls les plus nantis pourront se payer demain ?
.../...
 
Une Protection aussi pour nos jeunes..
La jeunesse sacrifiée sur l’autel de la libre concurrence Un article de Ludovic Basly - FSE-CGT

Depuis un an, les ministres Blanquer et Vidal, avancent au pas de charge pour déconstruire tout notre système éducatif jugé obsolète et inefficace. C’est une machine de guerre lancée contre la jeunesse,
l’instruction publique et contre les enseignants.

En fait, ils ne font que poursuivre l’œuvre entamée par leurs prédécesseurs : Peillon, Hamon, Vallaut-Belkacem. Cependant un virage significatif avait été amorcé dès 1968 avec la loi Faure pour rendre les établissements « autonomes »... En 2018, cette autonomie va être poussée à l’extrême afin que les établissements puissent se concurrencer entre eux.

L'objectif ? .. Faire sauter tout le système décentralisé de l’Éducation nationale !

Les directeurs pourront recruter leurs professeurs, proposer leur propre « offre de formation », leurs spécialités ce qui permettra de mieux répondre aux exigences de compétences du patronat.
Bien entendu, cette politique favorisera les établissements privés dans lesquels le même patronat ne manquera pas d’y trouver un champ d’investissement rentable pour former les enfants de la classe moyenne supérieure appelés à devenir les futures « élites ».

Dans ces nouveaux lycées, le baccalauréat, premier grade universitaire qui autorisait, de fait, l’entrée à l’université, va devenir un simple examen de « maturité ». Ce nouvel examen avec contrôle continu n’aura plus aucune valeur nationale. Une conséquence à court terme est que les systèmes de sélection (informatisé ou non) appliqueront des multiplicateurs différents selon le lycée d’origine du candidat. Cela s’appelle de la sélection sociale.

Une conséquence à moyen terme est la fin annoncée d’un salaire minimum conventionnel adossé à l’obtention du bac. C’est la déqualification des diplômes. Désormais les universités peuvent sélectionner les étudiants sur dossiers via « ParcourSup », qui n’est pas un simple outil informatique, c’est un outil politique pour une université sélective orientée vers les satisfactions du patronat.

Cette politique cynique vise à éduquer et instruire correctement
ceux qui auront les moyens financiers et destiner tous les
autres à la précarité et aux « petits boulots » mal payés.
Laisserons-nous sacrifier l’avenir de nos enfants ?..

Les 10 derniers replay
mis en ligne...

Vidéos compatibles
Smartphone et P
C

Vos commentaires sur ces vidéos sont les bienvenus

 

Recevez directement dans votre boite mail les nouveaux textes réglementaires, avenants, indemnités, et les parutions au Journal Officiel. Les comptes rendus de commissions paritaires  et tout autres news sur notre métier. Cette newsletters est MUTUALISÉE (Commune à plusieurs sites web militants) pour une meilleure efficacité.
-

 
Plus d'infos   Inscrits: abonnés au  

Compatible 100% PC bureau, Smartphones et Tablettes

On nous fait parfois cette remarque: .« ../.. Je me suis inscrit, mais que je ne reçoit jamais rien .../... »
-

OUI.. car: 30% des inscrits
oublient de valider
leur inscription !